Scell: faut-il réinventer eBay?

Scell: faut-il réinventer eBay?

Scell tente de réinventer les codes de la vente de seconde main en simplifiant à l’extrême l’interaction. Faut-il désormais remettre en question les classiques de l’Internet, comme eBay?

« Scell vous permet de mettre vos articles neufs et d’occasion en vente en moins de 40 secondes« . C’est la proposition de valeur de Scell. Elle se poursuit ainsi:

« 1. prenez l’article que vous souhaitez vendre en photo ;
2. rédigez une description (avec ou sans hashtag) ;
3. fixez votre prix, publiez. C’est en vente. »

Scell, mettre un objet en vente en 40 secondes.

Scell, mettre un objet en vente en 40 secondes.

Dans un article du Soir, publié le 2 janvier dernier, David Werbrouck, co-fondateur de la start-up basée à Tournai, pointe du doigt les géants qu’ils vont tenter de chatouiller: « Vendre un objet à partir de son smartphone sur eBay ou LeBonCoin est trop compliqué, nous voulons proposer une alternative plus simple ».

Ebay trop compliqué?

J’ai bien cherché et je n’ai pas trouvé: une mise en vente sur l’app mobile eBay n’est tout simplement pas possible. Ou est introuvable. Ce qui revient au même. Et si on ne considère que la version web, cela reste très ardu pour un vendeur occasionnel.

C’est probablement la cible visée par Scell. Et je dois dire que c’est prometteur: voici, illustrées, les 4 étapes à suivre:

  1. Prendre une photo
  2. Remplir un court descriptif et un seul: pas de catégories, de mots-clés, etc…
  3. Fixer un prix, à l’aide d’une roulette bien pratique
  4. Publier la vente … et c’est tout
Un menu... comment dire... très simple?

Un menu… comment dire… très simple?

3-ajout-du-prix

Une roulette très intuitive pour fixer le prix.

 

Immédiateté et concision

Voici un modèle qui ne trouverait probablement pas sa place sur une version web: c’est une interaction qui fait le pari de l’immédiateté. Elle est taillée pour le smartphone.

Et ce choix fort nécessite d’éviter à tout prix de charger l’application en fonctionnalités:

Comme l’article du Soir l’explique, Scell fait volontairement le choix de ne pas prendre en charge la transaction de vente elle-même. Au contraire d’un eBay et d’autres plate-formes d’échange (AirBnb, Uber,…). Ce qui pourrait entamer la confiance des utilisateurs… Une crainte qui existait d’ailleurs à l’époque de la naissance d’eBay justement. Pouvait-on imaginer à l’époque de faire des ventes aux enchères sur Internet?

Qualité graphique

4-explorer-1

Explorer les objets se fait par simple défilement vertical

Je dois dire que je suis assez séduit par l’interface: une simple liste déroulante, dont l’information principale est basée sur la photographie de l’objet. Une autre manière de favoriser l’achat impulsif, grâce à son extrême simplicité.

On sent également l’expérience graphique des concepteurs: la mise en page est pensée pour servir l’objectif business.

Le succès sera-t-il au rendez-vous? On souhaite en tout cas bonne chance à Scell!